Rôle des aidants ou accompagnants – 2018

Pierre DENIS  –  Président fondateur « Aidant Attitude »
Définition : Le proche aidant (ou accompagnant) est la personne qui vient en aide, à titre non professionnel, pour accomplir une partie ou la totalité des actes de la vie quotidienne d’une personne en perte d’autonomie, du fait de la maladie ou d’un handicap. Cette aide peut prendre différentes formes (soins, accompagnement à la vie sociale, démarches administratives, coordination, vigilance, soutien psychologique…).

Quand on parle d’aidant, on est dans la proximité : conjoint, ascendant, enfant. Une grande partie des aidants ne se reconnaît pas comme tel.

Quelques chiffres : En France, le nombre d’aidants approche des 13 millions :

–  51 % exercent une activité professionnelle

–  58 % sont des femmes

–  âge moyen : 50 ans et +

–  39 % sont seuls à aider (enfant unique pour les parents, conjoint…)

En 2015, il a été établi qu’un salarié sur 6 est aidant, et que 24 % des arrêts de travail non prévus sont ceux des aidants.

Mission : La mission de l’aidant est de soulager le malade. A l’annonce du diagnostic, l’accompagnant pense souvent qu’il peut faire face seul à la maladie. Malheureusement, au bout de quelques mois, il n’est pas rare de voir les aidants épuisés, suite à l’aggravation de la maladie, et qui ne savent plus quoi faire. Il est difficile pour lui d’être à la hauteur, savoir quoi faire ou ne pas faire. Il y a souffrance des 2 côtés, qui n’est évidemment pas la même.

Attentes : L’aidant a un rôle d’observance majeur. Il doit communiquer, par le biais d’une association par exemple, se faire aider éventuellement par un psychologue. Il est important que les professionnels de santé prennent en charge les malades, mais aussi les aidants qui ne savent pas toujours où se trouve leur place.

Que dit la loi :

1) Satisfaire les besoins de temps des aidants.

2) Améliorer leurs ressources.

3) Développer leur accompagnement.

Ce qui est acquis :

–  Dons de RTT

–  Dons de congés (31/01/2018)

–  Indemnisation congés proches aidants (proposition faite au parlement le 8 mars 2018),

–  CESU RH : constituer une aide directe, accordée par l’entreprise ou la collectivité, au salarié en vue d’une meilleure conciliation entre vie privée et vie professionnelle,

Quelques solutions :

– Identifier les aidants,

– Informer pour alléger la culpabilité, l’isolement, l’épuisement,

– Prise en charge d’un soutien psychologique par la SS,

–  Elargir un droit au répit,

–  Inciter les entreprises à proposer aux aidants des mesures d’assouplissements d’horaires.

Pour en savoir plus : www.Aidantattitude.fr

avril 2018

Print Friendly, PDF & Email