PROGRES VERS UN TRAITEMENT
par le Dr Eric Jonasch, membre du conseil d’administration

Progresser dans la compréhension de la maladie de VHL est une des principales priorités.La mise en place d’un programme de bourses de recherche a rapidement attiré quelques uns des grands noms de la recherche sur le VHL, dans le monde. L’objectif de ce programme de bourses est de financer des projets qui vont :
1- augmenter la façon dont nous comprenons comment le VHL affecte la cellule
2- permettre la création de modèles qui imitent au mieux l’implication VHL dans les organes
3- permettre de meilleures approches de diagnostic et de traitement chez les patients VHL

Ces bourses viennent sous 2 formes : une subvention pilote pour un an de 25000 $ et une subvention de 100000 $ pour un projet sur 2 ans.
VHLA a financé plusieurs nouveaux projets prometteurs dans les dernières années.

Le Dr Horst-Schrivers du centre médical universitaire de Groningen, a reçu une subvention pilote. Elle cherche si les hormones produites peuvent être mesurées de façon fiable dans la salive, dans l’espoir de remplacer l’habituel examen de sang ou des urines pour la recherche des phéochromocytomes.

Le Dr Othon Illiopoulos, professeur associé à l’hôpital général du Massachussetts, à Boston, utilise les poissons zèbres pour examiner les molécules qui pourraient changer les effets de la mutation du VHL. Ces poissons qui ont le gène du VHL détruit, forment un bon nombre de lésions semblables à celles que l’on voit chez les humains. Puisque ces petits poissons sont relativement transparents, on peut vraiment « voir » l’effet que les médicaments potentiels ont sur les manifestations du VHL

Le Pr Ian Frew, à l’université de Zurich, travaille sur un modèle de cancer chez les souris, une tâche qui a été compliquée. Le Pr Frew va pouvoir utiliser ce modèle pour essayer de nouveaux médicaments capables de traiter le cancer du rein.

En 2016, deux nouveaux attributaires : le Dr Raymond Kim de l’université de Toronto et le Dr Mickael Gorin de l’université de Californie.

Le Dr Kim va diriger le Consortium International de Partage Informatique VHL (VISIon) dans l’objectif de développer une façon plus efficace de recueillir des données sur les mutations du VHL et sur la façon dont le VHL se développe chez les individus.

Le Dr Gorin va travailler à développer deux nouveaux modèles pour étudier les lésions rétiniennes, un de ces modèles va utiliser des cellules souches « pluripotentes », l’autre modèle est une souris « knockout » VHL.

Nous espérons que ces chercheurs aideront à faire avancer le champ de la recherche de façon substantielle dans les années qui viennent.

Traduit de l’anglais par JJ Crampe

Photos AG 2017

Actualités