Nouvel examen de dépistage pour les patients VHL?

Par le Dr Anouck Van der Horts-Schrivers, endocrinologue centre médical universitaire de Groningen, Pays Bas.

 

Les phéochromocytomes sont des tumeurs qui surviennent des glandes surrénales (médulla surrénalienne). Dans la maladie de VHL, elles se produisent chez environ 18 à 26% des patients. Les phéos augmentent des symptômes tels que maux de tête, suées, palpitations et tension artérielle élevée. Ces symptômes ne sont pas dus  à la tumeur elle-même, mais causés par les hormones produites et secrétées par la tumeur : l’épinéphrine et la norépinéphrine. Leur nsemble s’appelle catécholamines.

Par moment ces catécholamines sont libérées en grande  quantité, ce qui conduit non seulement à des maux de tête, mais aussi à des maladies dangereuses comme la crise cardiaque ou l’infarctus du cerveau. Il faut donc surveiller ces phéochromocytomes.

Surveiller les phéochromocytomes consiste à mettre en évidence l’excès de catécholamines. Puisqu’ils ne sont pas libérés en continu, mais seulement en cas de crise, les valeurs de l’épinéphrine et de la norépinéphrine dans le sang peuvent paraître normales entre les crises. En terme médical c’est ce que nous appelons un résultat «faussement négatif» (les résultats du test sont normaux même si un phéo est présent). Donc nous mesurons les produits qui sont formés lorsque les catécholamines sont métabolisées; ces produits (les métanéphrines) sont aussi élevés entre les crises. l’épinéphrine est métabolisée en métanéphrine et la norépinéphrine est métabolisée en normétanéphrine. En mesurant les métanéphrines  dans le sang (ou dans un recueil d’urine sur 24 heures), presque tous lesphéos sont détectés.

Un prélèvement sanguin (ou un recueil d’urine sur 24 heures) est effectué tous les ans sur les patients qui ont le VHL. Cela commence très jeune, puisqu’un phéo peut se développer dans la petite enfance. VHL Alliance recommande un examen annuel  à partir de l’age de 5 ans.

L’inconvénient de l’analyse à partir d’un prélèvement de sang pour les phéos n’est pas le test «faussement négatif» mais le test «faussement positif». Dans de tels cas, le test donne un résultat positif mais il n’y a pas de phéochromocytome. Ceci es causé par le fait que la norépinéphrine n’est pas produite et secrétée que par les glandes surrénales mais aussi par le système nerveux comme une sorte de messager.

Quand une personne est en position debout, le système nerveux est actif et la production de norépinéphrine par le système nerveux augmente donc aussi  la production de normétanéphrine. Cela peut amener un résultat «faussement positif». Pour éviter cela, les patients doivent se reposer pendant 20 à 30 minutes en position couchée avant le prélèvement sanguin.

Avec le financement de VHLA, nous sommes en train de tester une méthode plus facile pour détecter les phéochromocytomes.

A bien des égards, la salive est équivalente au sang; plusieurs hormones et plusieurs produits présents dans le sang le sont aussi dans la salive, même si leur concentration est moindre, comme pour les métanéphrines. la salive est facile à recueillir en utilisant un morceau de coton, même à la maison. Vous gardez le coton quelques minutes dans la bouche, vous le mettez dans un tube, et vous l’envoyez au laboratoire, quelques semaines avant votre consultation médicale.Mesurer les métanéphrines dans la salive peut être moins pénible, et plus respectueux du patient, surtout chez les enfants.

Nous avons publié récemment une étude pilote pour voir si les métanéphrines peuvent mesurées dans la salived’une personne saine. Cette étude montre que c’est possible. Elle a aussi montré que les niveaux de métanéphrines dans la salive étaient moins élevés lorsque la personne était restée en position couchée 30 minutes. Il est aussi préférable de recueillir la salive plus de 30 minutes après un repas.

Comme cette petite étude portait sur 11 volontaires sains, on ne peut pasconclure si la mesure des métanéphrines dans la salive peut être substituée au prélèvement de sang après 30 minutes en position couchée, pour la recherche des phéos. Avec la bourse de VHL Alliance, nous sommes en train de recueillir de la salive et du sang sur 145 sujets sains et sur 145 patients ayant des phéos. Cette étude est réalisée au centre médical de l’Université de Groningen (UMCG) aux Pays Bas, en collaboration avec l’Institut National de la Santé de Bethesda aux USA.

Le Dr Tharma Osinga a récemment présenté sa thèse,elle a passé 6 mois à travailler à l’Institut National pour le Développement de la Santé des Enfants (NICHD) sous la supervision du Dr Karel Pacak. Elle a recueilli la salive des patients quiont un phéo au NIH. Ces échantillons, avec ceux des volontaires et des patients néerlandais, vont être analysés au laboratoire de l’UMCG. Notre objectif est ‘avoir les 145 patients et les 145 volontaires sains inclus vers fin 2016 et de publier nos résultats lors du prochain symposium VHL qui se tiendra aux Pays Bas.

traduit de l’anglais par J.J Crampe

 

 

Manuels de référence VHL

logo_pdf Le manuel de base (cliquez ici)
logo_pdf Pour vous procurer VHL expliqué aux enfants (cliquez ici)

Photos AG 2017