Le PROPANOLOL : utilisations actuelles et potentielles dans le VHL (2016)

L’Alliance VHL en Espagne travaille avec des chercheurs appartenant au CSIC ( Centre de la recherche scientifique) en Espagne pour ce qui concerne les activités de laboratoire et les études cliniques, sur les effets  du Propanolol sur les hémangioblastomes du VHL. VHLA  Espagne a créé un lien vers les résultats de la recherche, sur le Groupe de discussion de Facebook, en octobre 2015, suscitant beaucoup de conversations. Comme il y a beaucoup de questions sans réponses et d’espoirs pour un nouveau traitement du VHL, voici un aperçu général sur ce médicament : comment il est utilisé en ce moment dans le VHL, et sur la recherche sur la molécule.

Histoire du Propanolol et quelques autres utilisations approuvées.

Le Propanolol est un médicament bétabloquant qui a été introduit, au départ, pour traiter l’hypertension, même s’il n’est plus un des médicaments de première intention. La molécule bloque les récepteurs béta dans le cœur et dans les vaisseaux sanguins. Cela a plusieurs effets : pression artérielle diminuée, battements de cœur plus lents, amélioration des symptômes des maladies de cœur ischémiques et diminution de la fréquence et de la gravité des migraines. Il existe trois mécanismes d’action qui peuvent contribuer à ralentir le développement des hémangioblastomes : la vasoconstriction, l’inhibition de l’angiogénèse et l’apoptose cellulaire (mort programmée des cellules).

Administré par voie orale ou liquide,le propanolol a été approuvé pour les hémangioblatomes de l’enfant en 2014. Les hémangioblastomes infantiles sont les tumeurs les plus répandues dans l’enfance, et sont habituellement visibles à la surface de la peau. La réponse clinique remarquable de ces hémangioblastomes au propanolol, même s’ils n’ont pas de lien avec le VHL, a conduit à les envisager comme molécule candidate aux essais.

Un bétabloquant semblable au Propanolol, le Timolol, est utilisé sous forme de larmes pour faire baisser la tension oculaire dans les types les plus répandus de glaucome. Malheureusement,il n’est pas efficace pour traiter la sorte de glaucome qui se produit après un décollement de la rétine causé par un hémangioblastome rétinien. Même si le Timolol n’est pas un traitement de première intention, il peut être prescrit dans les situations où le coût pour le patient est un facteur déterminant.

Recherche pour le traitement de la rétine avec du Propanolol sous forme orale.

Le Propanilol sous forme orale a été essayé sur quelques patients pour le traitement des hémangioblastomes rétiniens, mais il ne s’est pas montré efficace pour ces tumeurs. Un des patients (testé négatif pour le VHL) qui avait un hémangioblastome rétinien situé près du nerf optique, a été traité avec ce médicament. La taille de la tumeur a diminué de 7% mais la vision ne s’est pas améliorée. Les médecins ont conclu que le Propanolol avait amélioré partiellement l’état de la rétine, mais pas suffisamment pour être jugé efficace. Un autre patient, avec un décollement de la rétine (dû à un hémangioblastome rétinien non causé par le VHL), sur la macula (partie de la rétine qui donne la vision la plus précise), a été traité avec du Propanolol après un traitement au lazer et une injection oculaire de Ranibizumab (Lucentis),pour inhiber le développement des vaisseaux sanguins. Le liquide qui était sous le détachement rétinien, a été absorbé et la vision a été améliorée de 20/20. Le patient a conservé ce résultat en prenant du Propanolol pendant 18 mois. Ce médicament a donc été prescrit comme traitement permanent. Ce cas individuel ne visait pas l’hémangioblastome, mais le décollement causé par la tumeur. A cause du succès de ce traitement, les chercheurs pensent que le Propanolol  mérite une étude supplémentaire pour des patients qui ont des décollements de rétine.

Utilisation actuelle et approuvée du Propanolol dans le VHL.

Le Propanolol est utilisé chez les patients qui ont des phéochromocytomes avant une intervention chirurgicale. Le patient est d’abord traité avec un alpha-bloquant qui bloque les récepteurs dans les artères et les muscles lisses, pour augmenter le débit sanguin et faire baisser la pression artérielle. Le Propanolol (ou autre bétabloquant) peut alors être ajouté avant ou pendant l’intervention pour contrôler le battement de cœur rapide. Dans les cas où les phéos sont inopérables ou métastatiques,le Propanolol peut être utilisé pour bloquer la stimulation excessive des béta récepteurs provenant de la tumeur.

Nouvelles études avec du Propanolol pour les hémangioblastomes VHL

En utilisant des cellules d’hémangioblastomes prélevées sur des patients VHL, une étude récente de laboratoire,faite au Centre Supérieur de la Recherche Scientifique à Madrid en collaboration avec l’Association des Chercheurs en Neurologie d’Albacete, a trouvé que les cellules cultivées en labo, et exposées à de fortes doses de Propanolol, montraient une croissance moindre dans beaucoup de cellules et des morts de cellules tumorales. On espère que cette découverte va pouvoir être appliquée à des patients VHL qui ont des hémangioblastomes. En conséquence de quoi, les chercheurs espagnols poursuivent une étude sur des patients qui ont des hémangioblastomes rétiniens juxtapapillaires (localisés près du nerf optique). L’étude à l’hôpital de la Vierge de la Santé à Tolède utilise du Propanolol par voie orale, en commençant par de faibles doses et en les augmentant, si les individus sont déclarés en sécurité par le cardiologue. La taille des hémangioblastomes rétiniens sont mesurés 1, 9 et 12 mois après le début du traitement, pour savoir s’il y a eu diminution de la taille de la tumeur. Le Propanolol peut-il s’avérer être un traitement efficace pour les hémangioblastomes du VHL ? L’Alliance VHL espère les résultats de l’étude clinique menée à Tolède. Comme le Propanolol est un médicament dont le brevet a expiré, Il est disponible en tant que générique,mais aucun fabricant de médicament n’a suffisamment d’intérêt financier pour faire les études cliniques nécessaires aux USA, pour obtenir l’agrément de la FDA (autorité US de la santé, équivalente à l’Agence Française du médicament). Le Propanolol devrait donc être utilisé comme un traitement sans autorisation. A ce stade, il n’y a actuellement aucune preuve clinique que le Propanonol soit un traitement efficace pour les hémangioblastomes VHL et que la molécule pourrait être dangereuse pour les patients qui ont des phéochromocytomes méconnus ou non traités.

traduit de l’anglais par J.J Crampe

février 2016

Manuels de référence VHL

logo_pdf Le manuel de base (cliquez ici)
logo_pdf Pour vous procurer VHL expliqué aux enfants (cliquez ici)

Photos AG 2017