Rôle de l’aidant aux côtés d’un patient VHL

 Docteur Khadija LAHLOU-LAFORET – Psychologue et Psychiatre – Hôpital Européen Georges Pompidou (2014)

 

Qui sont les aidants non professionnels :

– dans 44% des cas : le conjoint

– dans 13% des cas : les parents directs, père ou mère ( 12% des cas ), grands parents

– dans 21% des cas : un enfant direct ( 14% la fille )

– dans 21% des cas : autres proches ou amis.

Les risques sont différents en fonction de la maladie et de la nature du handicap, mais le danger principal pour l’aidant est le risque d’épuisement. Dans une enquête faite par le Docteur LAMMERS, il ressort que 28% des aidants ressentent un stress corrélé avec celui du malade. Les plus jeunes ressentent un stress plus important et 76% d’entre eux souhaiteraient qu’on leur propose une aide psychosociale. Dans 52%des cas, la maladie de l’autre a contribué à renforcer le couple, et dans 14% des cas elle a eu un effet négatif.

La relation d’aidant se juxtapose avec la relation conjugale ou familiale, ce qui rend parfois le dialogue difficile ou conflictuel: à qui s’adresse t’on? au malade ou au conjoint ?

Le dialogue, même difficile est nécessaire. L’absence de communication est source de difficultés. Il faut trouver le bon moment, les bons mots (mieux vaut un mot maladroit que pas de mots du tout)

Le rôle d’aidant fait appel à une grande capacité d’adaptation, (et chacun a des capacités différentes). C’est un rôle que l’on apprend au travers de ses réussites comme de ses échecs. L’aidant devrait lui aussi avoir le droit de bénéficier d’une aide.

(2014)

Manuels de référence VHL

logo_pdf Le manuel de base (cliquez ici)
logo_pdf Pour vous procurer VHL expliqué aux enfants (cliquez ici)

Photos AG 2017