VHL ET MOSAÏCISME (2014)

 

Un individu qui a un mosaïcisme possède deux populations de cellules génétiquement différentes. Ceci peut se produire lors de la mitose : le processus dans lequel deux molécules d’ADN échangent l’information génétique. La mitose est le processus de division cellulaire qui se fait lorsque l’embryon se développe. La mitose produit normalement deux cellules identiques. Suivant le stade du développement de l’embryon dans lequel se produit l’échange génétiquement inégal, le mosaïcisme va toucher un seul organe ou plusieurs.

Un exemple de mosaïcisme que vous pouvez avoir vu est l’hétérochromie dans laquelle l’iris d’un œil a une couleur différente de l’iris de l’autre. Cela peut aussi se voir à l’intérieur de l’iris d’un seul œil (ou des deux) les rendant en partie bleu et en partie brun. L’hétérochromie génétique chez les animaux est habituellement associée avec des marques blanches ou des couleurs différentes sur la fourrure (comme sur le chien berger australien merle bleu).

Le mosaïcisme est aussi présent chez certains patients VHL. Les cellules positives au VHL peuvent se limiter à un seul organe comme les reins et donc ne pas être aperçues lors du test génétique du sang ou du prélèvement buccal. Ces patients sont généralement diagnostiqués lorsqu’on retire la tumeur et que le test VHL est positif. D’autres peuvent être diagnostiqués quand un enfant est positif pour le VHL et que le test d’un parent montre un organe avec des lésions qui paraissent liées au VHL, ou que les mutations VHL sont trouvées dans son œuf ou dans les cellules de son sperme.

Les chercheurs en France viennent d’identifier un test génétique plus efficace pour trouver le mosaïcisme dans le VHL.  Le séquençage de la prochaine génération a pu détecter la mutation VHL chez 8 patients qui avaient eu un test négatif, en utilisant les méthodes habituelles (séquençage de Sanger et recherche de délétion). Les chercheurs ont souligné que les mosaïques VHL ne se limitent pas aux symptômes mineurs de VHL. Un des patients avait des symptômes sévères avec un déclenchement précoce. Les chercheurs montrent que le mosaïcisme dans le VHL est insuffisamment diagnostiqué, ce qui diminue le nombre de personnes diagnostiquées par le test génétique.

Une personne atteinte de mosaïcisme VHL ne passera son gène VHL que s’il est présent dans les cellules de son sperme ou de son œuf. La mutation mosaïque des « cellules souches » ne concerne que l’œuf ou le sperme ; la mutation « somatique » concerne les autres cellules du corps que l’œuf ou le sperme. Il est possible d’avoir les deux : du mosaïcisme des cellules souches et du mosaïcisme somatique si la mutation se produit dans un stade précoce du développement de l’embryon. Une mutation mosaïque peut même amener des vrais jumeaux à être différents : l’un des deux jumeaux ayant une manifestation que l’autre n’a pas.

Une mutation dans les seules cellules souches (celles qui sont dans l’œuf ou les cellules du sperme) que l’on soit de sexe masculin ou féminin, ne provoque pas de symptômes de la maladie chez le porteur. Dans ces cas, le VHL n’est généralement diagnostiqué que lorsque le test de l’enfant est positif. Lorsqu’un enfant montre des signes de VHL, les cliniciens vont faire tester ses parents pour voir s’ils sont porteurs du VHL. Dans un tel cas, comme la mutation ne peut être trouvée que dans l’œuf ou les cellules de sperme, les parents vont avoir un résultat négatif au test sanguin.

Si la mutation est une vraie mutation des cellules souches, les chances de transmettre le VHL aux futurs enfants est difficile à prévoir puisque cela dépend de la proportion des œufs ou des cellules de sperme qui portent le gène modifié. Les chercheurs l’ont estimé entre 1% et 30%. Peu importe comment l’enfant hérite de la mutation du parent, l’enfant présentera le gène muté dans toutes les cellules de son corps – l’enfant ne sera pas mosaïque.

Les mutations somatiques (celles qui affectent les cellules autres que les œufs ou le sperme) affectent les personnes d’une façon telle que les symptômes peuvent ne se produire que sur un organe, à la différence d’une présentation plus typique. Par exemple, une personne avec une mutation mosaïque somatique de VHL peut ne montrer que des lésions de l’oreille. Cela veut dire que seule la lésion TSEL aura des cellules avec la mutation VHL ; son test sanguin normal sera négatif. Une mutation qui n’est que somatique ne peut être transmise à aucun enfant.

Traduit de l’anglais par JJ CRAMPE

Photos AG 2017

Actualités